Un délai jusqu'en 2014

Le retour à la semaine de quatre jours et demi se fera mais pas forcément dès la rentrée prochaine. François Hollande a décidé de laisser un délai aux maires de certaines communes qui s’inquiétaient de la mise en place de la réforme. Ils auront jusqu’à 2014 pour s’organiser.

Bonne nouvelle... pour les maires

La réforme oblige en effet les élus locaux à engager de nouveaux personnels d'encadrement, à ouvrir la cantine (et donc à payer les employés et les repas) une journée de plus et à multiplier les transports scolaires. Le coût total a été évalué par certains élus à 650 millions d'euros en France.

Une transition rapide souhaitée par les parents d'élèves 

Pour les parents d'élèves, en revanche, ce retard se fait d'abord au préjudice des enfants, dont le rythme de travail se trouverait mieux réparti grâce aux nouveaux horaires. Le président de la FCPE (la première fédération de parents d'élèves), appelle donc à un passage rapide à ces nouveaux rythmes scolaires. "Il y a des endroits où ce n'est pas possible, mais il faut faire l'effort de commencer à construire les solutions. On est dans un projet de société nouveau, il va falloir tous s'y mettre et changer nos habitudes", explique-t-il.